Étiquettes

,

Victor Hugo a dit : » C’est la grande femme de la littérature française du XIX-ème siècle. « 

Sand prête sa plume,son nom et ses ressources au socialisme et à la cause du peuple, à. l’idéal républicain et a la condition des femmes. Elle écrit en1848 :  » oui,je crois que les femmes devront participer à la vie politique, mais il faut que la société soit transformée, la femme est sous la tutelle de l’homme et tant que les droits civils ne lui assureront pas une parfaite égalité, lui demander d’exposer son opinion sur la vie publique est un non-sens, la première bataille à mener est celle  de l’égalité devant la loi « . Si Sand se félicite d’être l’arrière-petite-fille du maréchal de Saxe, elle s’enorgueillit aussi d’appartenir au peuple par son  ascendance maternelle, sa mère étant la fille d’un oiseleur du Pont Neuf.

Femme qui écrit, elle aime tous les arts. Elle n’est pas seulement l’amie de Liszt, de Delacroix, de Marie Dorval, de Pauline Viardot mais, pendant neuf ans, la compagne très maternelle de Chopin avant de partager sa vie avec Alexandre Manceau, ami de son fils, peintre et graveur qu’elle soigna avec dévouement. Elle fait preuve d’une créativité de tous les instants, confectionnant des costumes pour les marionnettes de Maurice, s’intéressant aux pierres, aux plantes et aux papillons. Il faut lire Histoire de ma vie commencée en 1847, interrompue en 1848 et achevée en 1855 alors qu’elle vient d’avoir 51 ans. Elle meurt en 1876 à 72 ans. Son grand ami G. Flaubert la pleura longtemps. V. Hugo écrivit: « morte elle devint immortelle ».

Colette Aubourg

 

Publicités