Mots-clés

, , , , , , , , , , , ,

Pour ce dernier café littéraire de l’année, j’ai choisi d’évoquer René Char qui était l’ami d’Albert Camus dont on a parlé en novembre, et notre voisin de L’isle sur la Sorgue.

L’homme

En préambule, voici une définition de la poésie selon Valéry, proposée par Pierre-Françis Plouin, qui semble convenir parfaitement à René Char :

La force de plier le verbe commun à des fins imprévues, la capture et la réduction des choses difficiles à dire ; et surtout, la conduite simultanée de la syntaxe, de l’harmonie et des idées, sont à mes yeux les objets suprêmes de notre art. (…..) L’essence de la prose est de périr- c’est à dire d’être com-prise, c’est à dire dissoute, détruite sans retour, entièrement remplacée par l’image ou par l’impression qu’elle signifie, suivant la convention du langage …

Portrait du poète, d’après Paul Veyne :

Un accent provençal à couper au couteau allié à une conversation raffinée. A la fois charmeur et colérique « des colères hénaurmes », « un grizzli méditatif », un nihiliste qui croyait aux fantômes… Une influence surréaliste notoire, un engagement politique évident. Tout cela joint à un sens de la nature et à une sensualité violente et à l’angoisse de la mort…

Paraphrasant Mallarmé, Camus parle de sa poésie comme de calmes blocs chus d’un désastre obscur.

La Poésie

Tous genres confondus: vers, prose,essais, journaux.. sentences abruptes « l’éclair me dure ». C’est l’image, la formule l’ombre et la lumière qui comptent, et surtout : « C’est le vent qui décide ! » Nécessité de com-prendre – prendre ensemble -, voir et ressentir la même chose.

Vie et oeuvre

Il est né en 1907 à l’Isle sur la Sorgue dont son père est maire, il mourra en 1988.

Jeunesse agitée alors que s’achève la grande guerre, que Freud découvre la psychanalyse, que Dada et le Surréalisme se déchainent : il rejoint leur groupe en 1929, collabore aux manifestes et aux manifestations puis le quitte en se séparant d’André Breton et d’Aragon mais reste ami d’Eluard et de Picasso.

Premiers ouvrages : Artine ( 1929 ), Ralentir Travaux ( 1930 )

Il épouse Georgette Goldstein le 27 octobre 1932.

Publie en 1934 Le tombeau des secrets et Le marteau sans maître

1936 Moulin secret

1938 La nuit est gouvernée

Est mobilisé en 1939, entre en Résistance en 1941 sous le nom de Capitaine Alexandre. Ecrit Les Feuillets d’Hypnos, sorte de journal de guerre en prose.

1945, année où Picasso peint Guernica, Seuls demeurentLe poème pulvérisé

1948 Fureur et Mystère

Il est l’ami de Picasso, Camus, Georges Braque , Nicolas de Stael, Pierre Boulez et de Martin Heiddeger (3 séjours aux Busclats entre 66 et 69).

1949 Divorce de Georgette

Son œuvre est à son apogée :

  • 1950 Les Matinaux
  • 1951 Recueil de poèmes illustré par Nicolas de Staël
  • 1953 Lettera Amorosa qui sera illustrée par Braque en 63
  • 1955 Recherche de la base et du Sommet
  • 1963 La Parole en Archipel
  • 1964 Commune Presence
  • 1965 La Provence point omega. Il prend part aux manifestations s’opposant à l’implantation de fusées sur le plateau d’Albion.
  • 1968 Le soleil des Eaux
  • 1969 Le nu perdu
  • 1979 Fenêtres dormantes et portes sur le toit
  • 1980 Exposition à la Bibliothèque Nationale des manuscrits de René Char illustrés par les peintres du XX-ème siècle
  • 1981 Au-dessus du vent illustré par Galperine
  • 1983 Œuvres complètes à la Pléïade

1985 accident cardiaque

1986 Exposition au musée Pétrarque de Fontaine de Vaucluse. Lettera Amorosa et l’Inclémence illustrés par Vieira da Silva. Le gisant mis en lumière illustré par Galérien.

1987 René Char épouse Marie-Claude de Saint-Seine

1988 Mort de René Char

L’année suivante paraîtra L’éloge d’une soupçonnée.

Pourquoi René Char est un poète qui semble difficile

Mélange des genres, des temps, de l’abstrait et du concret des discours: narratif, descriptif, didactique. Une pensée par images : mélange de l’imaginaire et du réel, parfois, un référent obscur : de quoi parle-t-on? La Sorgue, la guerre, la beauté ?Parfois recours aux mots de passe ( la clandestinité, la résistance ).

Pourquoi tout cela ? Pour redonner le pouvoir aux mots contre les idées reçues

Ah! le pouvoir de se lever autrement ! (Parole en Archipel)

Le silence qui se creuse autour de la poésie de René Char est la place où s’insère dans la rêverie, le partage poétique de l’auteur avec le lecteur et que serait la rêverie sinon une pensée qui se laisse aller autour d’une image ? Dans l’anthologie Poèmes en Archipel, on retient trois étapes

  • La fulgurance de l’image poétique
  • la poésie engagée et codée du temps de guerre
  • l’évolution vers l’abstrait, le codé, la trace, le fragment …

A la lumière de cette analyse, nous allons voir ce que chacun de nous a apporté, quelle parcelle choisie et retenue de prose ou de poésie sera partagée en cette veille de Noël « car c’est à chacun de faire briller ces mots du coeur et des étoiles, toute cette poésie de l’intermittence vitale » ( Marie-Claude Char).

Dans l’heure qui suivit, les lectures se succédèrent, se répondant souvent de l’une à l’autre, du Loriot écrit à l’aube de la déclaration de guerre:

Le loriot entra dans la capitale de l’aube.      

L’épée de son chant ferma le lit triste.              

Tout à jamais prit fin.

à L’éloge d’une soupçonnée écrit la veille de sa mort …

Françoise Autin

PS. Le bandeau de cette page représente la gouache envoyée comme carte de vœux pour l’année 1972 à René Char par Maria Helena Vieira da Silva.

Publicités